Psychanalyse, psychothérapie – Centre de psychothérapie à Paris 15

Psychanalyse, psychothérapie

Entreprendre une psychanalyse ou une psychothérapie

Une longue période de réflexion est souvent nécessaire avant de franchir le pas pour demander un premier rendez-vous auprès d’un psychanalyste et d’envisager l’engagement que cela pourra impliquer. C’est d’abord une prise de conscience de toute cette vie psychique qui nous échappe, échappe à notre contrôle conscient (et qu’on choisit, pour cette raison d’appeler inconscient) qui régit et surdétermine à notre insu notre mode d’être au monde dans ses aspects positifs mais aussi problématiques : nos comportements, nos ressentis, nos émotions, nos désirs, nos aspirations mais aussi nos souffrances et nos symptômes. L’inconscient est comme une deuxième personne toujours présente en nous-même, dont nous n’avons souvent jamais perçu l’existence, et avec laquelle nous n’avons a fortiori jamais, ou presque jamais, dialogué.

L’inconscient a mis en place ses modes de fonctionnement (des programmes) très précocement dans la vie. On peut ici donner un exemple presque banal : un très jeune enfant peut s’apercevoir que sa mère sera particulièrement attentive et aimante lorsqu’il tombe malade, mais beaucoup moins le reste du temps. Etre malade pourra alors devenir un moyen privilégié de retrouver calme et sécurisation face aux épreuves de la vie. Cet exemple étaye l’idée que la psychanalyse, en permettant de comprendre puis de dépasser les sens de maladies à répétition, est un chemin vers un plus d’autonomie. La psychanalyse est un travail intérieur, à la fois exploration et mobilisation de son inconscient en vue d’un réaménagement et d’un changement, pouvant être synonyme de processus évolutif. Ce travail est fondé sur une quête : celle de la découverte du sens des choses vécues, à partir des rêves, des lapsus, des jeux de mots, des signifiants, des fantasmes, des épreuves vécues, de l’histoire familiale, etc.

Il implique une collaboration entre analyste et patient. L’analyste à un rôle d’accompagnant et le patient un rôle actif qui l’amène à associer le plus librement possible à partir d’une première phrase (anecdote, récit de rêve, ressenti, épreuve de la vie). Contrairement à certaines idées, le psychanalyste n’est pas toujours muré dans son silence, il peut communiquer ses impressions et émotions à son patient et réciproquement. Relation d’échange dans le cadre d’un travail réalisé en commun, qui se définit comme une cocréation.

Le choix de son psychanalyste

Il s’agit d’un moment décisif dans la mesure où une psychanalyse peut être synonyme d’un engagement à plus ou moins long terme. Cette décision et ce choix seront assujettis à la qualité de la rencontre que vous aurez avec votre (futur) thérapeute. Rencontre implique relation de « personne à personne » ce qui est fondamentalement différent du climat qui préside à une demande adressée à un médecin spécialiste. L’engagement, dont il s’agit ici est d’abord à l’égard de vous-même, et du psychanalyste. C’est donc l’exacte antithèse du « zapping » thérapeutique. Cet engagement implique un investissement important, de temps et d’argent et ne peut se concevoir que dans la mesure où votre analyse se définira, comme la chose la plus importante de votre vie.

Ce que peut vous apporter la psychanalyse

Les visées du travail analytique sont nombreuses, bien répertoriées par les différents auteurs qui ont jalonné son histoire et par nous-mêmes : 

  •  Devenir plus adulte, et harmoniser les relations entre votre partie adulte et partie enfant,
  • Harmoniser les relations entre votre conscient et votre inconscient, entre vous et votre environnement,
  • Accéder à une meilleure incarnation, meilleure relation à votre corps réel, Vous ouvrir à l’être de l’autre, et cesser de projeter sur lui ce qui vous appartient 
  • Ne plus avoir peur de la mort et s’ouvrir aux dimensions spirituelles de l’être
  • Devenir véritablement et authentiquement vous-même en vous dégageant des identifications imaginaires,
  • Révéler et donner corps à son mythe personnel.    
  • Surmonter et dépasser l’impact des événements traumatiques qui ont parsemé notre vie depuis notre conception

 

Sur ce dernier point, l’efficience de la psychanalyse reste assez limitée dans la mesure où les matériaux impliqués sont plus que refoulés mais « forclos ». Leur degré d’insupportabilité ne leur permet plus de prendre place dans la vie psychique, y compris dans le rêve. Ils restent pourtant en nous « engrammés » dans quelques mémoires corporelles. C’est la raison pour laquelle nous sommes arrivés à proposer les autres approches envisagées à l’ICLP et décrites sur ce site, dans la mesure où elles peuvent mobiliser les niveaux infra-verbaux de notre être, ce qui les rend souvent complémentaires du travail analytique.    

Photographie : Gérald Leroy-Terquem

Nos ouvrages

Les prochains groupes de thérapie

20 juin 2020
Argent et inconscient
7- 12 juillet 2020
TRH intensif
Voir tout